Élise Garraud

accueil       à propos       costume       tailleur       texte





Faire du théâtre comme autre chose

texte - paru dans Théâtre/Public, n°224, 2017.



Marbre,Ier ou IIe siècle, Metropolitain Museum of Art.




(extrait)

Un tissage se compose de fils verticaux, la chaine, et de fils horizontaux, la trame. Il y a quelque chose qui traverse notre question en trame et chaîne, c'est l'artisanat. L'imaginaire du théâtre et celui de l'artisanat vont bien ensemble, entre la pièce de l'artisan et la pièce de théâtre l'analogie élit ses motifs : un objet unique, non reproductible, façonné par la main de l'homme, élaboré par des essais, qui invite à inventer ses méthodes propres, héritier aussi d'une tradition longue qui patine les métiers et qui résiste parfois à l'automatisation.
Le théâtre se qualifie volontiers d'artisanal pour mettre en valeur les techniques de coulisses et pour affirmer son pas de côté professionnel – l'artisanat s'amalgamant alors à l'expérimentation, à la démarche autodidacte, à la vocation. Dès lors, se glisse l'idée que le théâtre, ce n'est pas tout à fait du travail, et que par conséquent la réalité sociale n'y a pas vraiment cours. Au lieu de prendre à son compte le modèle social de l'artisanat – qui maintient enclos dans l'individu même les modalités nécessaires à une pleine appropriation - il n'en retient que le simulacre, il l'utilise pour masquer et acter une domination sociale.
Car l'artisanat a servi d'argument important à la division du travail théâtral, où ce qui relève de l'art vient surplomber ce qui n'en relève pas. Elle éloigne, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, d'une part l'art de l'argent (et partant des tâches d'administration, d'organisation), d'autre part l'art de la technique (et donc de l'exécution de tâches manuelles, répétitives, normalisées). Concernant ce second morcellement, l'émancipation artistique s'est en effet adossée contre l'artisanat, arrimé à la technique. « L'inventeur » de la mise en scène, Antoine, à la fin du XIXe siècle en pleine période d'industrialisation et de développement du capital, a établi ce statut pour s'extraire de celui alors en cours de régisseur, qui se définissait par l'agencement et l'organisation. Ce déplacement a été fondateur : le capital au théâtre, c'est l'art, et l'argumentaire de l'art dominera le travail matériel. On retrouve ce modèle dans des affranchissements successifs : au XXe siècle différents contributeurs « techniques » ont revendiqué leur part « artiste ». Ces mouvements, à l'empreinte plus corporatiste que collective, ont hélas souvent solidifié la différence entre ceux qui créent, conçoivent, pensent, et ceux qui réalisent, exécutent. Il n'est peut-être pas étonnant qu'un complexe et une pointe de culpabilité soient toujours tangibles dans les rapports de subordination à l'intérieur des équipes, comme si en catégorisant de la sorte, les responsables s'étaient coupés d'une part d'eux-mêmes.